Gestion différenciée des espaces publics

Suite à la loi Labbé du 23 janvier 2014, qui a instauré au 1er janvier 2017, l’arrêt de l’utilisation des pesticides par les collectivités sur l’espace public, les espaces verts et sensibles, et les forêts, un plan de gestion différenciée a été élaboré en 2015 et délibéré en conseil municipal en 2016 pour une application dès 2017. Les particuliers sont également concernés par cette mesure puisqu’au 1er janvier 2019, l’utilisation de pesticides leur sera interdite.

Votre ville en quelques chiffres

 

 

3 725 habitants (au 1er janvier 2016)

28 ha surface totale espaces verts (surface équivalente à + de 43 terrains de football ! ) soit une augmentation de 7ha en 10 ans !

  • Gazons : 18 ha (surface équivalente à + de 27 terrains de football)
  • Arbustes/ haies : 2 ha
  • Espaces boisés, prairies : 4 ha
  • Allées : 4 ha

68,5 kms de chemins ruraux, 42 kms de routes communales

 

 

Regroupement des services

« Espaces verts » et « Voirie » pour créer le service « Environnement – Cadre de Vie » en 2013.

2018 : 8 agents au service « Environnement – Cadre de vie »

Rapport surfaces/agents : 3,5 ha d’espaces verts par agent et 13,81 kms de voirie par agent

La gestion différenciée, qu’est-ce-que c’est ?

 

C’est entretenir de manière raisonnée les espaces publics en s’adaptant :

  • à l’utilisation du site par les usagers,
  • à la nature du lieu,
  • aux moyens humains et techniques mis en oeuvre.

Ce mode de gestion intègre une démarche de progrès visant à trouver un équilibre entre le confort paysager du public et des contraintes écologiques, pratiques et économiques afin de :

  • protéger les ressources naturelles,
  • développer et favoriser la biodiversité,
  • offrir un cadre de vie agréable et meilleur,
  • optimiser les moyens et les services rendus en maitrisant les coûts,
  • limiter l’usage des pesticides et maîtriser les consommations énergétiques.

 

 

 

 

 

 

Les enjeux…

…sur la santé publique

L’impact des pesticides sur le vivant n’est plus à démontrer, en effet :

  • les êtres vivants ne savent pas éliminer les produits chimiques une fois absorbés.
  • les pesticides s’accumulent, se concentrent dans les tissus graisseux et le foie tout au long de la chaine alimentaire.

Les pesticides ont des mécanismes d’action avec des effets directs ou à long terme : cancer, leucémie, allergie, baisse de la fertilité, déficience intellectuelle, Parkinson, Alzheimer…

La mise en place d’une gestion différenciée sur un territoire contribue à :

  • préserver la biodiversité des espaces naturels,
  • créer des corridors écologiques, un maillage vert,
  • développer la biodiversité sur les espaces en milieu urbain,
  • limiter les pollutions : chimie, bruit, matériaux etc.
  • gérer les ressources naturelles : eau, déchets.

…Socioculturels

La mise en place d’une gestion différenciée des espaces publics tant à :

  • préserver l’identité des paysages communaux,
  • mettre en valeur des sites de prestige et de patrimoine,
  • diversifier et transmettre le savoir-faire des jardiniers,
  • sensibiliser le grand public, à porter un autre regard pour un changement de comportement,
  • améliorer le cadre de vie des habitants,
  • redéfinir les espaces de manière à mieux répondre aux attentes de la population,
  • (re)créer du lien avec les agriculteurs et les jardiniers.

 

Classification des espaces

 

 

Niveau d’entretien n°1 : espaces publics urbains, espaces fleuris, centre ville, terrains de sport.

Niveau d’entretien n°2 : espaces publics à caractère urbain, espaces d’accompagnement des équipements publics, écoles, rues principales, parcs, cimetières, entrée des villes…

Niveau d’entretien n°3 : espaces publics résidentiels – Lotissements, RN149, rues secondaires…

Niveau d’entretien n°4 : espaces publics champêtres/naturels, espaces animaliers, boisements, bassins d’orage…

 

 

Secteurs

Les niveaux d’entretien correspondent aux codes de couleur présentés ci-dessus

Beauregard – Le Coquet

Beausoleil – La Trère

Centre ville

Traversonne

Val Montour