Réduction des pesticides

 

Depuis le 1er janvier 2017, l’utilisation des pesticides est interdite pour les collectivités

Vous avez peut être entendu parler de la loi labbé votée en 2015. C’est la loi de transition énergétique qui prévoit une interdiction progressive des produits phytosanitaires nocifs pour l’environnement et la santé. Depuis le 1er janvier 2017, les produits sont interdits sur les lieux publics.

Pour anticiper cette règlementation, la commune s’est engagée depuis 2009 dans plusieurs actions (opération « prends ta binette », opération « fleurissons nos pieds de murs », pas de pesticides sur les trottoirs imperméables, signataire de la charte Terre Saine et labellisée 2 papillons …). 91 % des surfaces espaces verts et 47 % de la voirie ont été sans pesticides en 2015. Comme vous avez pu le constater,aucun traitement n’a lieu sur les trottoirs. Aussi, chacun d’entre nous est invité à nettoyer son trottoir et devant sa maison. Vous pouvez également nous contacter pour l’opération « fleurissons nos pieds de murs » et ainsi contribuer à l’embellissement du quartier.

Ce que dit la loi :

La loi de transition énergétique pour la croissance verte (dite loi labbé) prévoit une interdiction progressive de produits phytosanitaires nocifs pour l’environnement et la santé :
Depuis le 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’Etat, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts et les voiries.
A partir du 1er janvier 2019 : interdiction de commercialisation et de la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel, c’est à dire pour les jardins des particuliers. Seuls les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique pourront être utilisés !

 

 

Mai 2009 : Signature de la charte régionale « Terre saine, votre commune sans pesticides »

France est le troisième consommateur de pesticides au niveau mondial et se classe en première position à l’échelle de l’Union Européenne. En Poitou-Charentes, on estime à 3 000 tonnes par an, les quantités vendues de matières actives de synthèse. Les effets sur la santé et l’environnement sont avérés. 100% des cours d’eau suivis en région Poitou-Charentes, présentent une contamination à des degrés divers…

Autant d’arguments qui nous poussent à engager une dynamique sur le territoire de la commune de Vouillé visant à réduire, voire supprimer, l’utilisation des produits phytosanitaires sur les espaces publics et privés.
La prise de conscience sur les problématiques engendrées et les efforts à accomplir doit être collective et source de mise en œuvre d’actions concrètes.
La commune se doit également d’accompagner les citoyens pour développer une culture sur l’eau et les pesticides et les encourager à s’impliquer dans le débat relatif à cet enjeu. Il est nécessaire d’informer et de sensibiliser, pour comprendre et connaître parce que mieux connaître, c’est mieux préserver !

Les actions programmées ont ainsi pour objectifs :
– d’identifier et de hiérarchiser les zones à désherber en fonction du risque de transfert des produits vers les eaux superficielles,
– d’adapter les méthodes de désherbage en fonction du niveau de risque.

L’objectif général de la démarche communale doit donc permettre de mieux utiliser les produits phytosanitaires et de réduire les quantités appliquées notamment par l’utilisation de techniques alternatives. Nous devons désormais relever le défi écologique tant par des initiatives individuelles que collectives !

Des actions concrètes

  • Achat d’un désherbeur thermique (2009)
  • Acquisition d’un broyeur de branches pour revalorisation des déchets de taille (2009)
  • Acquisition d’un rabot de piste (2010) : cet outil est destiné au désherbage et au démoussage des allées sablées et des terrains en stabilisé + Reciprocator
  • Sensibilisation du public aux risques liés à l’usage des pesticides (réunions publiques, bulletins trimestriels et annuels, articles de presse…)

 

Avant la nouvelle réglementation entrée en vigueur au 1er janvier 2017, les services municipaux respectaient déjà les conditions d’un cahier des charges « Terre Saine » bien précis.

Le choix des substances
L’emploi de produits phytosanitaires n’étant pas anodin pour l’applicateur et l’environnement, une attention particulière est portée sur le choix des produits. Ceux dont la toxicité est moindre sont systématiquement privilégiés.

Détermination des quantités
Elles sont déterminées le plus précisément possible en tenant compte de la nature des traitements à effectuer.

Un matériel régulièrement vérifié, en bon état et performant

Une remise en état est effectuée avant chaque campagne de traitement. Le matériel est ensuite vérifié quotidiennement durant cette période. Le service Espaces Verts dispose également d’un Dosatron pour effectuer ses traitements. Ce système de pompes doseuses permet une application homogène du produit sans risque d’excès. Les fonds de cuves sont supprimés et l’applicateur n’est pratiquement plus en contact avec la substance à épandre.

Diminution des quantités de produits
De 2008 à 2016, la quantité de glyphosate employée pour le désherbage des trottoirs et des allées a diminué progressivement. Les massifs d’arbustes ne seront plus désherbés chimiquement, mais manuellement et paillés.

Détermination de seuils de nuisances.
Il s’agit d’estimer l’importance de la nuisance (esthétique ou vitale) afin de ne pas systématiser les interventions.

Formation du personnel
Un rappel des « bonnes pratiques » phytosanitaires est effectué en interne auprès des agents chargés de l’application des produits.

Stockage des produits
Tous les produits phytosanitaires employés par le service espaces verts sont stockés dans une armoire fermée à clé. Les produits sont maintenus dans leur emballage d’origine et rangés par famille.

Les solutions alternatives mises en place

  • Mise en place de paillis dans les massifs de fleurs et d’arbustes,
  • Plantations sur toiles tissées biodégradables,
  • Lutte biologique contre les processionnaires du pin, et élimination manuelle des cocons.
  • Désherbage manuel des haies et des massifs d’arbustes.
  • Balayage mécanique des trottoirs et des caniveaux.
  • Mise en place de plans de fertilisation

 

Plus d’informations sur le label Terre Saine sur le site internet !